Polonais

Complexe quand on y regarde de plus près

À première vue, c'est plutôt simple. Mais seulement à première vue. Les traducteurs jonglant avec le polonais et l'allemand bénéficient du fait que « les deux langues ont tendance à la précision et la clarté », explique Antoni Godwod, né à Varsovie et traducteur professionnel pour l'allemand et le polonais depuis dix ans. En matière de clarté, les deux langues des pays voisins sont en effet favorables aux traducteurs.

Attention au contexte !

Mais l'exercice ne peut toutefois pas être aussi évident. « Une certaine vigilance est tout de même nécessaire », précise M. Godwod et donne un exemple : « Auf ein Vorstellungsgespräch bei Ihnen freue ich mich sehr. », une phrase allemande classique de candidature. Si cette phrase était reprise directement en polonais, elle génèrerait à une drôle d'impression. Le traducteur nous éclaire : « Les mots "sich sehr freuen" (se réjouir) sont, dans ce contexte, déplacés en polonais. Un lecteur polonais s'attend à bien plus de retenue. »

L'art de la liberté linguistique

Afin de toujours employer le bon ton et de pouvoir utiliser pleinement tout l'espace et toute l'intensité du polonais, les traductions doivent être effectuées par des professionnels, conscients de la finesse de cette langue. Des professionnels comme M. Godwod : « Même si la structure syntaxique de la phrase polonaise est souvent basée sur une construction SVO, celle-ci doit plutôt être créée librement. De ce fait, le polonais est une langue très plastique : on peut jouer avec l'ordre des mots pour mettre en relief certains aspects ou créer des effets de style ». Par conséquent, pour utiliser ces libertés et atteindre une aisance de lecture pour les Polonais, même une traduction allemand - polonais nécessite une forte dose de reformulation.

« Le polonais est une langue très plastique : on peut jouer avec l'ordre des mots pour mettre en relief certainsaspects ou créer des effets de style. »
Antoni Godwod

Abandon des pronoms personnels en faveur du style

Des pièges classiques se cachent aussi dans le processus de traduction etre l'allemand et le polonais. Par exemple les pronoms personnels. En bon polonais, ces derniers sont souvent abandonnés. Il faut exercer et développer son oreille interne, affirme Antoni Godwod : « Mêmes des traducteurs expérimentés commettent souvent cette erreur et reprennent tous les pronoms personnels dans les traductions polonaises. Certes, c'est grammaticalement correct, mais on peut sentir une sorte de "distanciation" et stylistiquement, ça ne sonne pas bien. »

Beaucoup de travail : déconstruire les mots composés

Les mots composés allemands, souvent présents dans les textes spécialisés, constituent un autre défi pour le traducteur. Même les constructions plutôt simples comme « Insider-Tipp » sont déjà un casse-tête. Ni le mot en lui-même, ni une telle association de deux subsatntifs n'exsitent en polonais. M. Godwod nous donne la solution : « Une traduction possible est "osoba dobrze poinformowana », ce qui est néanmoins relativement long et ne convient pas dans tous les contextes. » Les mots commes « Logistikfullfillment » sont encore plus compliqués à traduire et se doivent d'être entièrement décomposés. Et ça peut tout de suite devenir très long. La traduction de « Logistikfullfillment » donnerai par exemple « obsługa zamówień logistycznych » ou, pour plus de précision, « kompleksowa obsługa zamówień w zakresie logistyki ». Quand on a à faire à un mot composé de quatre mots, par exemple « Schienengüterverkehrsaktivitäten », la barre est encore plus haute : « De tels mots doivent être entièrement décomposés en polonais et être expliqués avec des mots aidant la construction grammaticale », selon M. Godwod.

Une éthymologie fascinante et des diminutifs complexes

Le polonais est une langue fascinante avec de nombeuses influences très intéressantes : au XVIe et XVIIe siècles, de nombreux mots ont été empruntés à l'italien. Ainsi, de nombreux nom de légumes en polonais ont leur origine en Italie. Les tomates par exemple, « pomodori » en italien, s'appellent « pomidory » en polonais. Parallèlement, le polonais comprend des aspects très complexes. Le polonais possède sept cas, alors que l'allemand n'en a que quatre. De plus, les noms sont très maléables et les inombrables forme de diminutifs forment l'exemple parfait pour le démontrer : en allemand on a « Hund » (chien) et « Hündchen » (petit chien). En polonais il existe « pies », « piesek », « psiak », « psiaczek », « psinka », « psineczka », « psiunia » et d'autres encore ! Le traducteur doit faire preuve d'une connaissance approfondie de la langue. M. Godwod : « La formulation adéquate doit être choisie minutieusement en fonction du contexte. »

Une grande sensibilité linguistique en Pologne

C'est d'autant plus important, qu'en Pologne, la sensibilté vis à vis de la langue est très grande, peu importe qu'il s'agisse de textes pulicitaires, de documents financiers et commerciaux ou de documentations techiques et modes d'emploi. Em 1562, le père de la litérature polonaise, Mikołaj Rey, écrit : « Que toutes les nations sachent que les Polonais ne sont pas des oies et qu'ils ont leur propre langue ! » Une phrase que tous les Polonais apprennent à l'école primaire, encore aujourd'hui. « Elle témoigne d'une certaine sensibilité vis à vis de la langue, présente dans la culture polonaise », explique Antoni Godwod. Les traductions entre le polonais et l'allemand doivent respecter ces attentes. Ce n'est donc finalement pas si simple. On s'en doutait...

Antoni round

Antoni Godwod

Traducteur professionnel

Antoni Godwod est né à Varsovie et travaille en tant que traducteur professionnel pour l'allemand et le polonais depuis dix ans.

Vous pourriez également être intéressé par ceci

Nos langues

Une communication professionnelle en 53 langues

Nous vous aidons à parler la langue de vos clients et garantissons la bonne compréhension de votre message - dans 53 langues.

Russe

Comprendre les euphémismes

Quiconque travaille avec le russe, une langue parlée par environ 280 millions de personnes dans le monde, doit en avoir une connaissance approfondie et être capable de bien interpréter les sous-entendus. Car le russe en déborde.

Anglais

La brièveté rencontre l'exactitude

Les personnes qui traduisent de l'allemand vers l'anglais ou inversement remarquent vite qu'ils travaillent non seulement avec des langues très différentes, mais mais aussi avec des textes de longueurs très distinctes.

Une communication sans frontières avec Toptranslation

Nous nous réjouissons de gérer vos projets !

Demander un devis